Le passager de la nuit

Une exposition et un livre consacrent le travail de Weegee à New York dans les années 1940. Un flash surpuissant pour une œuvre au noir
où la farce traverse le drame.

Une trogne d'abord, ronde, et un corps charpenté, trapu. Un genre aussi, une dégaine : blazer et cigare collé aux lèvres. Weegee (1899-1968), Usher Fellig de son vrai nom, né en Ukraine, débarqué en 1910 au Nouveau Monde, à Ellis Island, parmi d'autres milliers d'immigrants juifs, entassés dans la pauvreté. Avec un prénom américanisé en Arthur, qu'il conserve jusqu'en 1938, au moment de choisir son pseudonyme. Auparavant, cent métiers, cent misères, asiles de nuit et plein sommeil sur les bancs publics, un…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Des écrans de fumée ?

Pédopsy : Nos futurs
par ,

Blog

 lire   partager

Articles récents