Les sondages faussent-ils la démocratie ?

Si la fiabilité des enquêtes d’opinion est moins en cause que leur usage, leur multiplication, qui obéit à une logique de marché, tend à contaminer tout l’espace politique.

Les sondages nous envahissent. Jamais les électeurs n’ont autant été sondés que lors de la dernière présidentielle. À en croire un recensement de la commission des sondages, organisme chargé du contrôle de leur régularité, près de 260 enquêtes d’opinion ont été réalisées pour ce seul scrutin contre « seulement » 193 en 2002 et 157 en 1995. Et, depuis le 6 mai, l’inflation continue. Les instituts, qui, dès 2005, s’enquerraient de savoir quelle était la personnalité socialiste que les sympathisants…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents