Dresseurs de fantômes

Ève Bonfanti et Yves Hunstad décortiquent les ressorts de l’art dramatique avec humour et simplicité.

Le théâtre aime bien prendre le théâtre comme sujet de spectacles, dans un exercice de miroir qui peut être agaçant : les auteurs et les acteurs parlent d'eux-mêmes et s'admirent d'aller bien au-delà de l'introspection de l'humanité moyenne ! Ève Bonfanti et Yves Hunstad, artistes belges déambulant avec succès en France des Bouffes du Nord à Avignon, et arrivés ces jours-ci au Rond-Point, ne parlent que du théâtre, eux aussi, mais c'est avec simplicité qu'ils s'interrogent. Ils se moquent de certaines…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le bac des uns et le bac des autres

Culture
par ,

 lire   partager

Articles récents