Visons, vision

Il y a la version soft : la semaine dernière, les militants finlandais de l'ALF (Front de libération des animaux) ont libéré, dans l'ouest du pays, 2 500 visons d'élevage promis au don de leur fourrure pour un marché du luxe toujours aussi bien portant. Le propriétaire ne pleure que d'un oeil : élevés en captivité, les animaux pourraient, pour moitié, regagner la cage à l'heure de la gamelle. Et puis la version hard : des activistes français de la même association, née en Angleterre, ont indiqué avoir…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents