Prendre l’empreinte du monde

La Société de géographie expose près de 200 clichés à la Bibliothèque nationale de France. Entre inventaire et colonialisme, les témoignages de photographes-explorateurs qui racontent le monde depuis le XIXe siècle.

On n'est pas encore entré dans l'époque des plus légers que l'air. Importe peu. Ça bourlingue de partout derrière le diable Vauvert, sans concessions sur le kilomètre. Au mitan du XIXe siècle, les explorations connaissent un regain de forme, on va, vient, vogue, accoste. Les malles déboulent en nombre sur les débarcadères. Hurluberlus, histrions, voyageurs solitaires, notables fortunés, particules désoeuvrées, curieux et scientifiques poulopent sur les chemins et les océans. Les missions religieuses,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents