Bali, service minimum

Au terme de la conférence des Nations unies sur le dérèglement climatique, la communauté internationale se donne deux ans pour négocier un nouvel accord. Vu l’urgence, il devra être très ambitieux.

Patrick Piro  • 20 décembre 2007 abonné·es

L'essentiel fut sauf à Bali, mais au regard des diplomates seulement. Car on a frôlé la catastrophe à la conférence des Nations unies sur le dérèglement climatique. Après dix jours d'épuisantes négociations, les délégués de 187 pays sont parvenus samedi dernier à un accord minimaliste, conclu in extremis : d'ici à fin 2009, un nouveau traité international de réduction des gaz à effet

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Écologie
Temps de lecture : 4 minutes