Des politiques fragiles

La 4e Conférence latine de réduction des risques liés à l’usage de drogues a regroupé à Milan de nombreuses associations, qui ont fait part de leurs difficultés face aux législations et aux questions de financement.

La 4e Conférence latine de réduction des risques liés à l'usage de drogues () s'est ouverte à Milan le jeudi 29 novembre. Créée en marge de l'International Harm Reduction Association (Association internationale de réduction des risques, IHRA), largement dominée par les pays d'Europe du Nord, qui, depuis plus longtemps, mènent des politiques d'aide en direction des usagers de drogues, elle a été une nouvelle occasion de dresser un bilan des actions engagées dans ce domaine politiquement sensible. De…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents