Femmes entreprenantes

Pour combattre l’isolement des quartiers dits « sensibles », les actions de proximité foisonnent, qui visent à créer du lien social par l’économie solidaire. Trois exemples au féminin dans le département de l’Essonne.

Pauline Graulle  • 21 février 2008 abonné·es

Elles sont trois. Mathy, Fatiha, et Ghislaine. Trois à avoir décidé, à leur manière, de prendre en main leurs voisins, leur quartier ou la cité limitrophe. Mathy Kenya est à la tête de l'association Vie enfance espoir~91. Aux pieds du grand ensemble Grigny~2, elle tient chaque semaine un stand d'information sur le sida au sein du Point information jeunesse (PIJ) de la ville. Comparée à Aides, l'ONG qui l'épaule, Vie enfance espoir~91 fait figure de petite souris. Mais Mathy a le verbe haut et le parler franc. Derrière une table d'écolière recouverte de prospectus, elle alpague les jeunes Grignois qui se dirigent immanquablement vers la salle informatique du PIJ.

Baggies et casquettes s'approchent, tout à coup timides. «~Alors mon fils, qu'est-ce que tu connais du VIH~?~» , lance Mathy en guise d'entrée en matière. Puis elle répète inlassablement les mêmes informations~: présentation de l'association et

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Temps de lecture : 5 minutes