Jusqu’au sang

« Se mordre » : une pièce étonnante de Pierre Notte
sur le double et la sororité.

Pour représenter l'enfermement, mental et physique, rien de mieux qu'une cave. C'est ce type de lieu qu'occupe la jeune compagnie Allotrope, c'est-à-dire la seconde salle du théâtre des Déchargeurs, une sorte de miniboîte de nuit où le metteur en scène Lahcen Razzougui place et guide ses deux actrices sur un étroit périmètre. Se mordre met en jeu la relation complexe de deux soeurs, inséparables, emportées par l'amour et l'envie de blesser son double pour mieux tenter de le sauver. « C'est l'étude d'une…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents