La faute historique du Parti démocrate

Le parti de Walter Veltroni a causé la perte de la gauche sans conquérir le centre. Résultat, un net succès pour Berlusconi et ses alliés « post-fascistes » et xénophobes.

La gauche italienne, toutes composantes confondues, a perdu largement les élections législatives des 13 et 14 avril 2008. La coalition emmenée par Silvio Berlusconi compte en effet environ 9 points d'avance, aussi bien à la Chambre des députés qu'au Sénat, avec plus de 47 % de voix contre 38 % au « bloc » de centre-gauche dirigé par Walter Veltroni. Sans entrer dans le détail de la loi électorale en vigueur, adoptée en 2005 par la majorité berlusconienne et extrêmement complexe, l'enseignement majeur de ce…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Droit à l’avortement, cause universelle

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.