Une floraison de jardiniers

Quelque treize millions de Français cultivent leurs propres produits sur un terrain privé ou partagé. Pour des raisons économiques, pour
le plaisir ou par militantisme écologique.

rès de Blois, installés à l’ombre entre un bois et une friche, à proximité de la Loire pour avoir de l’eau, les trois caravanes, les voitures et le gros fourgon de la famille Giorjiu ont jeté l’ancre pour quelques mois autour d’un jardin provisoire, où pointent déjà quelques pommes de terre et de minuscules pieds de tomates. Ils sont une douzaine, et le chef de clan raconte : « Depuis cinq ans, nous nous arrêtons au printemps dans un endroit tranquille. Pour cultiver. Pas vraiment pour le plaisir, mais…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents