Une idée dans l'air

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Illustration - Une idée dans l'air
Bilan/AFP

D’extravagants funambules miment la biodiversité sur le fil, à Bonn, où s’achève demain la conférence des Nations unies sur la biodiversité, la 9e depuis la convention de 1992 du même nom. Comme d’habitude, on redoute la chute. L’état des lieux ? Épouvantable : en roue libre, la planète fait face à la pire extinction depuis celle des dinosaures, entre 100 et 1~000 fois plus fulgurante qu’aucune autre, engloutissant peut-être trois espèces à l’heure ! Contrairement au dérèglement climatique, aucune polémique scientifique sur les causes du phénomène : pollution, déforestation, destruction des habitats, pillage, et… dérèglement climatique. Au point qu’on n’a jamais cru bon d’établir un «Giec» de la biodiversité. L’idée est tardivement dans l’air, à Bonn. Pour 2009~? En attendant, on se préoccupe surtout, pour 2010, «d’un régime international sur l'accès aux ressources génétiques et le partage des avantages découlant de leur utilisation». Vite, avant qu’il ne reste plus rien !


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.