Dieu est descendu sur scène

Le festival « in » est tiré vers la métaphysique, avec Paul Claudel, Dante
et « Ordet », mais également hanté par les événements du XXe siècle,
avec des enfants exilés en Suisse et une pièce belge sur le pouvoir.

Pas de très bonne humeur, les compagnies du « off » ! Le festival a commencé sans elles. La plupart des spectacles dits marginaux, soit un millier de pièces, ne sont donnés qu’à partir d’aujourd’hui, 10 juillet, alors que le public est là depuis une semaine, pour l’ouverture du « in ». C’est incohérent. On se contentera donc, dans ce premier compte-rendu, d’analyser une manifestation officielle qui a choisi une tonalité métaphysique pour son ouverture et a viré ensuite vers les préoccupations sociales et…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.