Crise de rire

Carole Fréchette, auteur du Québec, jongle d’habitude gravement avec le dérapage mental. Mais pas dans les Sept Jours de Simon Labrosse , où, au contraire, elle s’amuse des fantaisies de l’esprit et rit, sur un double tranchant, de l’action philanthropique. Le dénommé Simon Labrosse, quidam au chômage, annonce qu’il va conter quelques-unes des tranches de sa vie. Il ne veut pas s’exprimer seul et invite un ami poète, qui voit tout en noir, et une amie qui ne se préoccupe que de son « développement…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.