En ordre de panne

Le congrès est fini mais pas la guerre. Élue sur le fil à la tête du PS, Martine Aubry peine à s’imposer. Devant le conseil national, samedi, son « texte d’orientation politique » a certes été approuvé, mais les « royalistes », furieux de n’avoir pas été associés à la rédaction de ce texte ni à la direction chargée de le mettre en œuvre jusqu’au prochain congrès, prévu en 2011, ont appliqué au PS une technique de « guérilla » parlementaire en usage à l'Assemblée nationale. Julien Dray, François Rebsamen,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.