« Échapper à l’exotisme »

Le Festival de l’imaginaire propose des spectacles de divers pays du monde.
Sa directrice, Arwad Esber, en explique l’esprit.

Nous avons pris l’habitude de voir se produire en France des artistes venus de loin. Lorsque Ravi Shankar joua au musée Guimet dans les années 1950, ce fut considéré comme un événement rare. Aujourd’hui, il n’est pas de semaine sans que ne soit programmée une manifestation présentant des musiciens d’Asie centrale, d’Inde, d’Afrique, d’Amérique latine ou d’ailleurs. Cette multiplication des concerts a grandement facilité l’accès à des formes d’expression naguère encore ignorées. Mais on oublie que, si ces…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.