L’échappée belle

« Le Petit Fugitif »,
film américain de 1953, célébré par la Nouvelle Vague en France, rompait avec l’esthétique
et l’économie des studios. Il reste aujourd’hui d’une modernité réjouissante.

En 1953, Hollywood brille encore de tous ses feux. Les hommes préfèrent les blondes, de Howard Hawks, Jules Cesar, de Joseph Mankiewicz, Règlement de comptes, de Fritz Lang, Tous en scène , de Vicente Minnelli, Le soleil brille pour tout le monde , de John Ford, pour ne citer que ces quelques joyaux, sortent sur les écrans. L’industrie cinématographique américaine, sommée de réagir face à la concurrence nouvelle de la télévision, qui commence à se répandre dans les foyers outre-Atlantique, met au point le…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Résister

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.