Ici !

Politis  • 12 mars 2009
Partager :

Trotskiste tendance Georges Marchais

Nathalie Arthaud est une iconoclaste : « L’économie communiste, c’est l’avenir de la société. » La nouvelle porte-parole de LO, organisation qui ne veut ni refonder ni moraliser le capitalisme mais le « détruire » , estime que « le bilan de l’économie planifiée et collectivisée qui a été expérimentée en Union soviétique est globalement positif » . Professeur d’économie dans le civil, elle assure que « le développement qu’il y a eu [dans ce pays] prouve que cette économie peut être supérieure à l’économie capitaliste » . C’est officiel : Georges Marchais a une postérité.

Dame nature

Ségolène Royal pense que « la crise peut être une opportunité pour les femmes ». L’ex-candidate socialiste à la présidentielle a décodé cet aphorisme (d’apparence « paradoxale ») dans un entretien à la Dépêche du midi, à la faveur de la Journée internationale des femmes : « Les hommes ont pris des risques insensés. Les femmes ont une gestion plus prudente, plus concrète. C’est un argument qui peut peser en leur faveur dans cette période troublée. » Drôle de féminisme, qui enferme les femmes dans une « nature » réputée différente de celle des hommes…

Manuel le Rouge

Interviewé sur France Inter, Manuel Valls, député-maire d’Évry, déclare : « Je ne crois pas à l’ouverture. » Inconscient que les auditeurs pouffent, il précise : « Mon choix est clairement à gauche. » L’auditoire, dès lors, s’esclaffe très ouvertement, et Manuel Valls, réalisant qu’il s’est montré un peu trop fantasque, admet qu’il y a un « mais » , et que « sur un certain nombre de sujets, des consensus doivent pouvoir être trouvés » avec le gouvernement. Et en effet, en un peu moins de 24 mois, Manuel Valls a été d’accord avec la droite régimaire sur quelques thèmes mineurs, comme : l’immigration, la sécurité, le travail du dimanche, la fiscalité, l’Europe oui-ouiste, les propos « irresponsables » d’Élie Domota. Plus « clairement à gauche » ? On ne trouve guère qu’Henri Guaino.

Les échos
Temps de lecture : 2 minutes
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don