Mille caméras pour Paris

Pendant que son parti dénonce le tout-sécuritaire, Bertrand Delanoë place la capitale sous vidéosurveillance, sans concertation avec les citoyens.

«L’efficacité mécanique de la vidéosurveillance comme instrument de lutte contre la délinquance est régulièrement questionnée [...]. La faible efficacité dissuasive de l’outil tend d’ailleurs, de plus en plus, à le transformer en un outil de police judiciaire. » C’est à peu près tout ce que dit le livre la France en libertés surveillées du PS au chapitre « Vidéosurveillance », avec le reproche fait à Michèle Alliot-­Marie de vouloir « tripler le nombre des caméras de vidéosurveillance en France ». Objectif…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Macron, l’Europe et Poutine

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.