Un pays exsangue

Amputée de tous côtés, privée d’accès à la mer, la Moldavie reste coincée entre une Russie qui n’offre plus de débouchés à ses produits agricoles et une Union européenne qui refuse de lui ouvrir sa porte.

Avec un territoire déjà réduit – 34 000 km2 –, ayant perdu depuis longtemps son accès à la mer Noire, la Moldavie a été amputée au début des années 1990 par la sécession de la Transnistrie, une étroite bande de terre de 4 160 km qui s’étend entre la rive gauche du Dniestr et l’Ukraine. Une « réserve » de 550 000 communistes, protégée par un millier de soldats russes. Cet État autoproclamé, et d’une tristesse infinie qui évoque les années 1950 de l’URSS, n’est reconnu que par la Russie depuis le dernier…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.