Dossier : Europe libérale contre urgence écologique

Les associations disent non !

L’Europe s’engage toujours plus avant dans une logique et une politique répressives à l’égard des étrangers. Avec l’adoption de la « directive de la honte », elle fait de l’enfermement un mode de gestion des migrants sur son territoire. Cette tentation du pire est aussi à l’œuvre en France. Si le dispositif de rétention est encore le « moins pire » d’Europe, c’est bien à un alignement sur les législations les moins protectrices des étrangers que nous assistons. La remise en cause profonde de la mission…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents