Le fringant Manuel envoie (décidemment) tout Vallser

Michel Soudais  • 11 juin 2009
Partager :

Un amour immodéré des caméras.

Manuel Valls se repaît des défaites de son parti. C’est son fond de commerce. Homme de médias, l’ancien directeur de la communication de Lionel Jospin à Matignon est depuis dimanche sur toutes les antennes. Il était, hier matin, l’invité d’i-Télé pour établir un diagnostic sur l’état du PS après sa débacle aux européennes.
«Il faut se régénérer. Il faut changer de méthodes. Il faut changer de
direction. Il faut changer de génération. Il faut changer de programme. Il faut changer de nom»
car «le mot socialiste ne veut plus rien dire» , a déclaré le député-maire d’Evry (Essonne).

Ainsi donc, «le mot socialiste ne veut plus rien dire» . Manuel Valls peut bien faire tousser dans le parti de la rue de Solferino, il aime être applaudi à l’extérieur. Notez que ce n’est pas la première fois que l’icconoclaste délivre cette sentence. Il y a un peu plus d’un an, cette figure de la droite du PS avait déjà tenu des propos identiques dans un entretien à Matin plus [^2] de Monsieur Bolloré, l’ami du mari de Carla Bruni.

Illustration - Le fringant Manuel envoie (décidemment) tout Vallser

Aux curieux, j’offre l’intégralité de cette (creuse) interview du 5 mai 2008.

Valls: «Le mot « socialiste » ne veut plus dire grand-chose.»

A l’époque, le bon Manuel, qui se pique d’être un «rénovateur», venait de publier un livre d’entretien avec l’accoucheur (littéraire) de Rachida Dati, promu après cet exploit à la rédaction en chef du JDD . Le titre de ce pensum, Pour en finir avec le vieux socialisme… et être enfin de gauche , était à lui seul tout un programme.

Moins de cinq mois plus tard, Valls Manuel était l’un des vingt-six premiers signataires[[Avec Gérard Collomb, Vincent Peillon, Delphine Batho, Jean-Noël Guérini, Najat Vallaud Belkacem, Aurélie Filipetti,
Jean-Jack Queyranne, Louis Mermaz, Robert Navarro, David Assouline, Hélène Mandroux, Samia Ghali, Pascal Terrasse, Julien Dray, Yvettes Roudy, Eric Andrieux, Alda Péreira Lemaître, Dominique Bertinotti, Guillaume Garot, Jean-Pierre Mignard, Jean-Louis Bianco, François Rebsamen et Ségolène Royal.]] de la motion intitulée «L’espoir à gauche, fier(e)s d’être socialistes» . Comprenne qui pourra! La vire-volte n’a toutefois pas ému la gent médiatique qui a continué à lui tendre micros et caméras pour l’interroger comme un oracle.

Fier donc d’être… un mot qui ne voulait pas dire grand-chose et qui ne veut plus rien dire , Manuel Valls s’est révélé, au congrès de Reims et dans les épisodes qui ont suivi, l’un des meilleurs porte-flingue de la Dame de Poitou-Charentes. «Lui au moins a des c…» , s’émerveillait Sophie Bouchet-Petersen, la conseillère et confidente de Ségolène Royal, croisée dans la nuit de la commission des résolutions.

Manuel Valls orateur enflammé à La Bellevilloise, le 5 novembre 2008.

Reniant aujourd’hui cette profession de foi de fierté (socialiste), le c… Manuel appelle , comme au lendemain de la défaite de 2007, ses petits camarades à «être beaucoup plus imaginatifs, beaucoup plus audacieux» . Et comment ça? La réponse est rarement franche. Sauf quand elle est spontanée. Ce fut le cas récemment lorsque, parcourant une brocante sous l’oeil d’une caméra de Direct8, la chaîne de Bolloré (tour opérateur de l’Elysée), le distingué Manuel confie à son directeur de cabinet et directeur de la communication qu’il aimerait plus de «blancs» dans sa ville d’Evry.

Effectivement, socialiste ne dit plus rien à Manuel Valls. Ne l’appelez plus rénovateur. Liquidateur convient mieux.


[^2]: Devenu Direct matin .

Temps de lecture : 3 minutes
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don