Gâteau mal partagé

La baisse de la TVA a moins d’intérêt pour le consommateur que pour les grandes entreprises.

Jean-Claude Renard  • 9 juillet 2009 abonné·es

Un exemple : sachant qu’un restaurant s’acquitte d’une TVA à 19,6 % s’élevant à 20 000 euros en moyenne par trimestre, quelle sera son économie annuelle avec une TVA à 5,5 % ? : 60 000 euros environ. Une somme rondelette. Promise en 2002 par Jacques Chirac à un électorat traditionnellement à droite, la baisse de la TVA dans la restauration, mise en place au 1er juillet, possède plusieurs niveaux de lecture. En haut de l’échelle décisionnaire, le gouvernement attend de la part des restaurateurs une baisse des prix et des embauches. Christine Lagarde a même menacé la profession de poursuites si tel n’était pas le cas. Encore faudra-t-il trouver le peu d’agents disponibles à la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) pour aller vérifier sur place. Les restaurateurs ont de quoi pouffer. Reste la vigilance de la presse. Mais cette baisse de la TVA n’a qu’un intérêt médiatique ponctuel qui ne survivra pas à l’automne. Reste encore les associations de consommateurs, qui ont la possibilité de pointer du doigt, souligner. Sans conséquences importantes à moyen terme.

Il y a certes les humbles caboulots qui peuvent se sentir soulagés. Ceux qui vont pouvoir éviter de licencier ou de fermer. Selon le Syndicat des hôteliers, restaurateurs, cafetiers et traiteurs (Synhorcat), le secteur a connu 6 500 fermetures en 2008. Au premier trimestre 2009, la diminution du chiffre d’affaires atteignait 20 à 30 % en région (10 % à Paris). Mais pour beaucoup de restaurateurs, c’est une aubaine, « de l’argent frais qui ne sort pas, on s’en frotte les mains, juge l’un d’eux, sous couvert d’anonymat. Mais ce qu’on nous laisse d’un côté, le gouvernement nous le reprendra d’une façon ou d’une autre. »

À vrai dire, c’est un cadeau aux plus gros, qui touche d’abord les maisons gastronomiques luxueuses. Dont on se demande précisément pourquoi elles bénéficient de cette baisse de la TVA alors qu’elles devraient être soumises aux mêmes conditions qu’un produit de luxe, tel un parfum. Enfin et surtout, les chaînes, comme McDonald’s, Buffalo Grill et autres Flunch, peuvent se réjouir. Cette économie conséquente ne changera rien aux conditions de travail, au nombre de salariés par enseigne. Pour ceux-là, contre une maigre et apparente baisse des prix, et sur seulement quelques produits, la baisse de la TVA, c’est une cerise sur le gâteau.

Société
Temps de lecture : 2 minutes

Pour aller plus loin…

Un observatoire pour recenser les atteintes à la liberté de la presse en France
Presse 28 mai 2024 abonné·es

Un observatoire pour recenser les atteintes à la liberté de la presse en France

L’Observatoire français des atteintes à la liberté de la presse (Ofalp) s’est lancé le 24 mai lors d’une rencontre publique, réunissant citoyens et journalistes. Il entend recenser et rendre publiques les entraves au droit d’informer, en publiant un rapport annuel.
Par Clémence Le Maître
Rafah : « J’attends de l’État français qu’il dénonce ce génocide »
Palestine 28 mai 2024 abonné·es

Rafah : « J’attends de l’État français qu’il dénonce ce génocide »

Environ 10 000 personnes se sont rassemblées dans la soirée du lundi 27 mai dans les rues de Paris, suite au bombardement d’un camp de déplacés à Rafah. D’autres manifestations en France ont eu lieu. La frappe israélienne, qui a eu lieu la veille au mépris du droit international, a tué au moins 45 réfugiés palestiniens.
Par Tristan Dereuddre
Après l’expulsion du squat « En gare » à Montreuil, un homme maintenu en rétention
Reportage 27 mai 2024 abonné·es

Après l’expulsion du squat « En gare » à Montreuil, un homme maintenu en rétention

Suite à l’action des forces de l’ordre le 23 mai, deux personnes ayant reçu des OQTF ont été placées 48 h en rétention administrative à Bobigny. Le lendemain, Politis s’y est rendu avec Alexis Corbière, député LFI exerçant son droit de visite. Depuis, l’un des hommes a pu sortir, l’autre a été transféré en centre de rétention administrative.
Par Pauline Migevant
L’expulsion du « En Gare » à Montreuil menace des sans-papiers
Entretien 24 mai 2024 abonné·es

L’expulsion du « En Gare » à Montreuil menace des sans-papiers

Une vingtaine de personnes, pour la plupart sans papiers, vivaient dans ce squat montreuillois. Elles risquent d’être expulsées du pays, craint un coordonnateur du lieu qui nous expose les raisons et conséquences de cette opération de police.
Par Pauline Migevant