Poétique de l’âpreté

Dans le dédale
d’une ancienne usine,
en Alsace, Alberto Bali expose ses dernières peintures.
Une empoignade de force
et d’élégance.

Jean-Claude Renard  • 2 juillet 2009 abonné·es
Quelques années en arrière. Alberto Bali se cogne l’abstraction de la ville. Des paysages urbains, avec leurs poids de façades, des successions d’immeubles qui retombent en cascade, des pans entiers de
Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Culture
Temps de lecture : 2 minutes