En Sarkozie

Politis  • 24 septembre 2009
Partager :

Dénoncez vos voisins

La police nationale de l’Essonne
se met à l’ère technologique
et propose au citoyen de
« transmettre ses renseignements à police-ddsp91@interieur.gouv.fr » . Initiateur de cette nouvelle
manière d’ « aider la police nationale dans son action » , avec « confidentialité garantie »,
Jean-Claude Borel-Garin,
le directeur départemental de la sécurité publique, défend sa « boîte à délation » : « Pourquoi la police ne pourrait pas recevoir des informations par mail alors que tout le monde
en reçoit ? »
Même le syndicat
de police Alliance (plutôt à droite)
est réticent et parle d’une
« fausse bonne idée »
qui pourrait « donner l’impression de réinstaller la police de Vichy ».
C’est dire…

Le procès de la haine

Nul n’a oublié la menace proférée par Nicolas Sarkozy à l’encontre de ceux qui ont mis son nom sur le fameux listing de Clearstream : « Je veux les voir pendus à un croc de boucher. » La formule en dit long sur l’humanité du personnage. Pas étonnant dans ces conditions que ce procès sulfureux ait été précédé, lundi, par une inhabituelle déclaration du plus célèbre des prévenus, Dominique de Villepin : « Je suis ici par l’acharnement d’un homme, Nicolas Sarkozy… » Mais, derrière cette haine (on n’ose dire à couper au couteau…), il y a le problème juridique. Celui que Me Henri Leclerc, ancien président de la Ligue des droits de l’homme et avocat de Villepin, a mis en évidence, estimant que la présence de Nicolas Sarkozy dans ce procès est « contraire à l’égalité des armes » puisqu’il jouit d’une « immunité judiciaire absolue ».

Les échos
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don