L’homme qui fixait le hasard

Représentant de la photo humaniste, Willy Ronis a tiré le rideau.

Jean-Claude Renard  • 17 septembre 2009 abonné·es

On dit qu’un photographe serait un peintre à qui il manquerait les pinceaux. La formule pourrait s’appliquer à Willy Ronis, décédé ce vendredi

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Culture
Temps de lecture : 1 minute