Froidement cynique

Un groupe leader des produits surgelés pratique des méthodes de vente et une politique sociale bien peu éthiques.

Jean-Claude Renard  • 15 octobre 2009 abonné·es

Coups de fil matin et soir, parfois le samedi. Pour vendre des volets, des fenêtres, une cheminée… Quand on est déjà client d’une société, la sonnerie du téléphone est encore plus tenace. C’est le cas de Toupargel, un ­exemple parmi d’autres, dont le siège est en Rhônes-Alpes, qui propose la ­li­vraison à domicile de produits surgelés et d’épicerie, avec une trentaine d’agences de télévente en France. Une société qui rebondit sur cet engouement pour les achats de produits alimentaires à distance.

Suivant un catalogue renouvelé régulièrement, les télévendeurs, managés par des superviseurs, sont tenus de joindre les clients environ toutes les trois semaines pour les produits surgelés, une fois par semaine pour les produits frais. En principe, « ils conseillent, aident, proposent des nouveautés, des promotions » . En réalité, les télévendeurs sont soumis à des méthodes qui ne relèvent pas vraiment du conseil mais du harcèlement. Avec un seul mot d’ordre : vendre. Toute objection doit être contrée. Ne rien céder.
On attaque par les produits phares, on relance avec les promos du moment, on attise avec les « points de fidélité », on pigeonne avec « le fil rouge », un cadeau de pacotille (un lot d’assiettes, parfois un collier). Le congélateur est plein ? Pas de problème, Toupargel propose des produits frais ! Le client est très âgé et malade ? Argument imparable : ce n’est pas parce que vous êtes malade que vous ne mangez plus ! Réplique valable aussi pour celui qui est plongé dans les difficultés financières. Autre proposition alléchante : aujourd’hui, c’est 30 % de réduction sur les coquilles Saint-Jacques ! En omettant de dire le prix de base. 30 % de quoi ? À une cliente dont le fils est atteint d’un cancer de la bouche, confie un vendeur sous couvert d’anonymat, le superviseur souffle la réponse, qui ne souffre aucune contestation : « Nous avons des purées, madame, et c’est pas parce que votre fils est malade que vous ne mangerez plus ! » C’est logique, implacable.
Une dernière recommandation : ne pas communiquer le montant final de la commande. Des fois que le client reviendrait en arrière, entamerait une soustraction…

Contrôlé, le salarié est poussé à cette vente forcée, dont la journée commence par l’annonce collective des résultats de la veille. Des résultats scandés par des superviseurs calés dans le coaching, fixant, renouvelant les challenges du jour devant une équipe déjà épuisée mais qui doit faire plus, mieux encore. Les temps de pause sont minutés et décom­ptés des horaires, des cloisons séparent les employés, qui n’ont pas le droit de communiquer entre eux. La perspective des fêtes de fin d’année est une pression supplémentaire. Le samedi devenant alors jour d’embauche. À ces conditions de travail s’ajoutent des horaires contraignants : 9 h 15/13 h 30 puis 16 h 30/19 h 45. Pour 30 euros au-dessus du Smic. Et des primes suivant des performances commerciales. Mais, pour être « primable », il faut réussir sur tous les fronts du catalogue, avec des objectifs le plus souvent inaccessibles. Cadences infernales, éthique en berne : la société connaît un turn-over considérable, brasse des offres d’emploi sur son site Internet. Sans renoncer à ses méthodes. Comme beaucoup d’autres sociétés fondées sur la vente par téléphone.

Société
Temps de lecture : 3 minutes

Pour aller plus loin…

L’expulsion du « En Gare » à Montreuil menace des sans-papiers
Entretien 24 mai 2024 abonné·es

L’expulsion du « En Gare » à Montreuil menace des sans-papiers

Une vingtaine de personnes, pour la plupart sans papiers, vivaient dans ce squat montreuillois. Elles risquent d’être expulsées du pays, craint un coordonnateur du lieu qui nous expose les raisons et conséquences de cette opération de police.
Par Pauline Migevant
À la maison, à l’école, en ligne ou dans la rue : les violences LGBTIphobes sont partout
Violences 17 mai 2024 abonné·es

À la maison, à l’école, en ligne ou dans la rue : les violences LGBTIphobes sont partout

Deux rapports, l’un de SOS Homophobie, l’autre de l’Observatoire LGBTI+ de la Fondation Jean Jaurès révèlent, en cette Journée internationale de lutte contre l’homophobie et la transphobie, l’insécurité dans laquelle vivent les personnes LGBT et ce, dès leur plus jeune âge.
Par Hugo Boursier
Mobilisations étudiantes pour Gaza : « Un véritable tournant répressif »
Jeunesse 17 mai 2024 abonné·es

Mobilisations étudiantes pour Gaza : « Un véritable tournant répressif »

Multiplication des interventions policières, fermeture des lieux d’études, annulation ou interdiction de conférences : la répression des étudiants en raison de leur mobilisation pour le peuple palestinien est devenue la seule réponse des universités.
Par Léa Lebastard
« L’inceste, c’est toute une vie de silence »
Entretien 16 mai 2024 abonné·es

« L’inceste, c’est toute une vie de silence »

Dans un entretien donné à Politis, l’anthropologue Dorothée Dussy décrit les mécanismes du silence autour de l’inceste empêchant les victimes d’être entendues.
Par Pauline Migevant