« Il faudrait 2 150 places d’hébergement en plus »

A plan grand froid, petits effets. A l’heure où les thermomètres plongent dans le négatif, Didier Cusserne, délégué général de l’association Emmaüs, dresse un état des lieux sans concession de la politique de l’hébergement en France.

Laurence Texier  • 18 décembre 2009 abonné·es
« Il faudrait 2 150 places d’hébergement en plus »

Politis.fr : Selon quels critères décide-t-on de mettre en place ce plan grand froid ?

Les critères sont normalement liés à la température. A côté des critères météorologiques, il s’agit en réalité d’un ensemble d’appréciations

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Temps de lecture : 2 minutes