Le festival des trois continents

Durant une semaine,
le Festival des 3 continents, à Nantes,
a livré un panorama
des cinémas du Sud,
à la fois créatifs
et fragilisés.

Deux films. Le premier, Tulpan , du Kazakh Sergueï Dvortsevoy , rapporte l’histoire d’un marin de retour sur ses steppes natales du Kazakhstan auprès de ses proches, éleveurs de moutons, avec pour devoir et objectif le mariage, non sans problème dans un paysage isolé, piqué de yourtes. Le second film, Tulaï, d’Idrissa Ouédraogo, sur un canevas familial dans la brousse du Burkina Faso, où, là encore, il est question de retour au pays, se veut un récit d’amour et d’honneur, de coutume et de transgression, de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.