Dossier : Services publics : le coup de grâce ?

Baby blues chez les tout-petits

Le gouvernement répond à la pénurie de places d’accueil pour la petite enfance par une politique de privatisation rampante.

Le premier « jardin d’éveil » avait à peine ouvert à Caussade, dans le Tarn-et-Garonne, à la rentrée scolaire 2009, que ce mode d’accueil des enfants de 2 à 3 ans se trouvait au cœur d’une polémique. Destiné à accueillir à terme 8 000 bambins, le dispositif fait partie d’un vaste plan de création de 200 000 places supplémentaires d’accueil de la petite enfance d’ici à 2012. Mais, dès l’annonce de leur création au printemps dernier, ces jardins d’éveil sont apparus comme un cheval de Troie gouvernemental…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.