Copenhague n’est pas un échec pour Obama

Vu des États-Unis, l’échec du sommet de Copenhague n’est pas moins patent que vu d’Europe. La différence réside dans la vision du rôle et du comportement de Barack Obama là-bas. Les Européens font porter à l’Amérique – donc à son Président – une lourde responsabilité dans l’incapacité des « puissants » (on ne dit plus « les riches » depuis que la Chine est entrée dans le club) à s’entendre, voire à se sacrifier un peu pour aider les faibles. Les Américains, y compris les plus à gauche et les plus écolos,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.