La fête est finie, reste le bonheur…

« Pourquoi prendrais-je soin de la postérité ? » , disait Marx (pas Karl, mais Groucho). « Est-ce que la postérité s’est préoccupée de moi ? » Effectivement, on peut penser que l’avenir ne vaut pas de se tracasser pour s’assurer qu’il advienne, et qu’il vaut mieux en finir au plus vite avec le pétrole et les ressources naturelles plutôt que de s’empoisonner l’existence en se rationnant. Ce point de vue est assez répandu chez les élites, et on le comprend, mais on le trouve aussi implicitement chez un grand…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Louis Mieczkowski, l'insaisissable

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.