La fête est finie, reste le bonheur…

Serge Latouche  • 28 janvier 2010 abonné·es

« Pourquoi prendrais-je soin de la postérité ? » , disait Marx (pas Karl, mais Groucho). « Est-ce que la postérité s’est préoccupée de moi ? » Effectivement, on peut penser que l’avenir ne vaut pas de se tracasser pour s’assurer qu’il advienne, et qu’il vaut mieux en finir au plus vite avec le pétrole et les ressources

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Écologie
Temps de lecture : 3 minutes