Mariage heureux

Marjorie Nakache adapte l’Irlandais Synge dans un style gitan et flamenco.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Dans le fameux « 9.3 », le Studio-Théâtre de Stains est une enclave de résistance joyeuse. Marjorie Nakache et Xavier Marcheschi ont transformé un ancien cinéma en lieu de théâtre chaleureux, agencé comme un cabaret où les pièces classiques et modernes sont données en priorité à un public local, les scolaires comme les adultes. Cette fois, c’est l’Irlandais Synge qui est à l’affiche, avec une pièce peu jouée, les Noces du ferblantier , que Marcheschi a adaptée en riant, c’est-à-dire en utilisant le principe des mots-valises.

La pièce est assez culottée, encore aujourd’hui : on y voit une femme réclamer un homme ! En fait, cette bohémienne supplie qu’on la marie. Tous ses sens sont en éveil, bien plus que le ferblantier, assez réservé sur ce projet de noces. Quant au ­prêtre à qui les supplications s’adressent (et c’est une autre audace de la pièce, l’image peu flatteuse qu’elle donne des religieux de toute croyance), il ne se laisse arracher à sa tranquillité qu’en échange de quelque récompense sonnante et trébuchante…
La mise en scène de Marjorie Nakache n’est pas non plus très respectueuse. Elle fait jouer crûment les acteurs, Karine Gonzalez, Guillaume Franceschi, Xavier Marcheschi, Alexandra-Shiva Mélis (et sa marionnette) dans un cadre coloré, une musicalité « gitan rock’n’roll » et une intensité de danse flamenca. Percutant !


Les Noces du ferblantier, Studio-Théâtre, Stains, 01 48 23 06 01. Jusqu’au 7 février.

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.