Faucheur relaxé

Pour avoir fauché un champ d’OGM en 2001, Benjamin Deceuninck a été condamné à un mois de prison avec sursis. En 2006 puis en 2010, il refuse de se soumettre à un prélèvement d’ADN. Le militant de la Ligue des droits de l’homme (LDH) comparaissait de nouveau devant le tribunal d’Alès, le 5 mars, pour « récidive de refus de se soumettre aux prélèvements biologiques » . Il a finalement été relaxé. La LDH s’inquiète néanmoins de « l’utilisation croissante de la biométrie » pour alimenter des fichiers de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents