En Sarkozie

Politis  • 1 avril 2010
Partager :

110 arrestations pour une fusée

Le 28 mars, à Paris, vers 16 h, environ 150 personnes descendaient le boulevard Saint-Jacques accompagnées d’un camion diffusant de la musique. Cette « marche contre l’enfermement et en solidarité avec les personnes incarcérées » progressait vers la Santé. Qu’elle n’a jamais atteint : la rue de la prison était bloquée, et les manifestants invités à poursuivre vers le métro plus bas, où ils ont été encerclés par des CRS et des policiers en civil. « Tous ceux qui voulaient partir se sont retrouvés pris dans la souricière » , rapporte Amaël François, porte-parole de SUD Étudiant, dont deux membres étaient sur place. 110 personnes ont été arrêtées, 61 placées en garde à vue, 11 plus de 24 heures. Motif avancé par la préfecture : « violences volontaires », « destructions », « dégradations », et « insultes envers les forces de l’ordre » . Les dégradations comprennent « une fusée ayant brisé une vitre et dégradé un appartement » ainsi que d’autres « non précisées ». Disproportion ou intimidation ?

Chère virée

C’est en jet privé que le secrétaire d’État à la Coopération et à la Francophonie, Alain Joyandet, s’est rendu à la Conférence internationale des villes et régions du monde pour Haïti, qui se tenait à Schœlcher, en Martinique,
les 23 et 24 mars. Coût de cette virée ministérielle, révélé par Mediapart : 116 500 euros. La Martinique est desservie quotidiennement par des lignes régulières de trois compagnies aériennes, mais Joyandet a expliqué qu’il ne pouvait manquer le premier conseil des ministres d’après-remaniement.

Les échos
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don