En Sarkozie

Politis  • 3 juin 2010
Partager :

L’anonymat, il connaît

Sénateur (DVD) de Moselle, Jean-Louis Masson est sorti de l’anonymat en déposant le 3 mai dernier une proposition de loi qui vise à mettre fin à la possibilité pour les blogueurs non professionnels de rester anonymes. Tollé sur la toile, où l’on s’amuse à rappeler les frasques passées du sénateur : en 1983, candidat aux municipales à Metz, il se disait victime de tracts diffamatoires et anonymes avant que l’on découvre que ces attaques venaient de lui-même, la manœuvre visant à discréditer son adversaire. En 1997, il finance la campagne d’un candidat présenté contre lui mais dont l’objectif réel est de pilonner sa concurrente de droite, une manœuvre qui lui vaudra d’être destitué de son poste de député.

En famille

Après Jean Sarkozy, que son papa voulait propulser à la tête de l’Établissement public d’aménagement de La Défense, après l’étudiante Estrosi logée par son paternel dans un logement de fonction de la République, on apprend que Pierre Bachelot, 41 ans, fils de la ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, a été nommé à un poste de chargé de mission directement rattaché à la direction générale de l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes). Un organisme dépendant de maman et chargé de mettre en œuvre les politiques de prévention et d’éducation pour la santé fixées par… maman. Avec la crise, le nouveau mot d’ordre du gouvernement serait-il « solidarité bien ordonnée commence par la famille » ?

Les échos
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don