Les peuples passent sous tutelle

L’examen préalable des budgets nationaux et l’instauration de sanctions renforcées, qui pourraient être aussi « préventives », accentuent la dérive autoritaire de l’Union européenne.

Le 7 juin 2010 a de bonnes chances de faire date dans l’histoire européenne. À défaut d’avoir fait les gros titres de la presse du lendemain. Ce jour-là, en effet, les ministres européens des Finances ont non seulement finalisé le fonds de sauvetage de l’euro doté d’une « facilité » de 750 milliards, mais aussi accepté que la Commission européenne examine leurs budgets nationaux avant toute discussion parlementaire. Dès lors, on ne voit pas ce qui pourrait empêcher les chefs d’État et de gouvernement,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.