Entendu

Interrogé par l’incontournable Jean-Pierre Elkabbach, Xavier Bertrand s’est sublimé lundi matin au micro d’Europe 1 : « Éric Woerth n’a rien à se reprocher dans son comportement ni de trésorier ni même de ministre », a tranquillement déclaré le secrétaire général de l’UMP. Et « c’est la victime d’une machinerie politique de A jusqu’à Z » . On a appris depuis de l’ex-comptable de la milliardaire Bettencourt que des enveloppes d’argent liquide auraient été remises à des hommes politiques, dont 150 000 euros…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Grève du 13 janvier dans l’Éducation nationale : dans le cortège, le malaise est partout

Sur le vif accès libre
par et ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.