Les facéties d’Avignon

Après des années de gravité, l’humour revient au palais des Papes, notamment avec les œuvres vertigineuses d’Olivier Cadiot.

Le 64e Festival d’Avignon vient de commencer, dessiné par ses deux artistes invités : le metteur en scène suisse Christoph Marthaler et l’écrivain Olivier Cadiot. Ce dernier revient avec son complice de toujours, le metteur en scène Ludovic Lagarde. Il incarne une littérature joueuse, dont le tourbillon phrasé est d’une très neuve séduction. Il apporte au festival un ton qui s’annonce plus facétieux que les années précédentes, comme en témoigne cet entretien que nous avons eu avec lui. Mais Cadiot et…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Grève du 13 janvier dans l’Éducation nationale : dans le cortège, le malaise est partout

Sur le vif accès libre
par et ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.