Tarnac ou l’absurde manipulation

Il y a deux ans, l’affaire de Tarnac mettait en ébullition la police, la justice et les médias. Aujourd’hui, tous les inculpés sont libres, et les mensonges de Michèle Alliot-Marie et du procureur de Paris sont patents.

Le 11 novembre 2008 à l’aube, surgissant des bois où ils se planquaient depuis des heures, cent cinquante policiers et gendarmes, la plupart encagoulés, font irruption dans une ferme de Corrèze et procèdent à de nombreuses arrestations en prenant soin, en prime, de tout casser, alors que nulle résistance ne leur est opposée. À la même heure, une autre opération plus modeste est menée à Rouen et à Paris. L’affaire dite de Tarnac, du nom du village où s’est déroulé le raid policier à grand spectacle,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents