Voir pleuvoir

Peut-on parler de la pluie ? Peut-on en dire quelque chose, est-on autorisé à le faire ? Parce que j’aimerais parler d’un goût, parler d’un besoin, d’une attente, d’une consolation qui me vient de la pluie. Fouiller ce bonheur dérisoire de voir pleuvoir. Le mot lui-même est un réconfort, un apaisement, rien de plus doux et sonore que ce mot qui transporte des images et des sensations, cette façon qu’ont trois voyelles de suivre cette étrange séquence d’un P et d’un L et ainsi, déjà, de faire entendre un…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.