Ici

Politis  • 10 mars 2011
Partager :

Arrivée des taxis low cost, merci Fillon !

L’arrivée des « taxis low cost » fait hurler à la concurrence déloyale les chauffeurs de taxi d’Avignon, Montpellier et Nîmes. Le Parisien-Aujourd’hui en France (7 mars) a même titré en une : « Menaces sur le monopole des taxis » . Pour baisser les tarifs, les nouveaux transporteurs se sont déclarés sous un nouveau régime dit de « voitures de tourisme avec chauffeur » . Et s’appuient sur une loi de modernisation des services touristiques adoptée en 2009, qu’on doit à François Fillon et à Christine Lagarde. Sous couvert de modernisation, le texte a transposé la directive de libéralisation des services, dite Bolkestein, au secteur du tourisme. Au nom de la concurrence libre et non faussée, bien sûr…

Hausse du gaz de 20 %, merci Besson !

La dérégulation du marché du gaz a du bon. La prochaine hausse de prix, le 1er avril, portera à près de 20 % l’augmentation en un an pour 10,8 millions de foyers, et réjouira dirigeants et actionnaires de GDF Suez. Le groupe a en effet dégagé un bénéfice de 4,6 milliards d’euros, en hausse de 3,1 %. Les actionnaires toucheront un dividende en augmentation, le patron du groupe, Gérard Mestrallet, verra son revenu bondir dans le classement des grandes fortunes, tandis qu’Éric Besson, ministre de l’Industrie, a promis un rabais « social » de 20 % pour les foyers les plus modestes. « Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles » , comme disait Pangloss.

Un candidat (de droite) à l’eau !

Candidat dans le canton d’Andrésy (Yvelines), Philippe Gautry s’est jeté tout habillé dans les eaux glacées de la Seine. « Je me suis jeté à l’eau pour prouver combien je suis décidé à me battre pour vous » , explique-t-il en barbotant ainsi sur une vidéo postée sur Youtube. Pour faire du buzz, on ne peut pas faire plus con. Mais Gautry a une excuse : candidat en septembre 2009 dans une législative partielle, il s’était désisté au second tour pour David Douillet contre promesse d’une place aux régionales et l’appui de l’UMP pour se lancer à la conquête de Carrières-sur-Seine. Promesses évidemment non suivies d’effets.

ENS : le Conseil d’État conforte la direction

Les débats sur la Palestine ne sont donc plus possibles dans ce grand espace de liberté qu’est l’École normale supérieure. Après avoir été condamnée par le tribunal administratif pour avoir interdit deux réunions sur ce sujet, la directrice, Monique Canto-Sperber, vient d’être confortée par une décision du Conseil d’État. Motifs : le service public de l’enseignement supérieur doit être  « indépendant de toute emprise politique » , et la liberté d’expression doit s’exercer « dans des conditions qui ne troublent pas l’ordre public » . Le premier motif laisse pantois : il s’est tenu dans les universités et les grandes écoles des millions de réunions politiques sans que l’on prétende jamais que leur indépendance ait été entamée. Quant au second motif, c’est une prime à l’extrémisme. Une menace téléphonique d’un groupuscule hostile, ou d’un individu, et le risque de trouble à l’ordre public est établi. Le Crif applaudit.

photo : JULIEN / afp

Les échos
Temps de lecture : 3 minutes
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don