Dossier : Libye, la guerre du moindre mal

Un risque de partition

Tout conflit en Libye est conditionné par la particularité géographique du pays. Non seulement il couvre une immense superficie, 1,8 million de km2 pour 6 173 000 habitants, mais il est coupé en deux par une vaste région désertique, la Djeffara, réputée pour constituer la ligne de séparation entre le Maghreb et le Machrek. Sous l’empire ottoman, la Libye était partagée en trois provinces traditionnelles : à l’est, la Cyrénaïque, dont la ville principale est Benghazi ; au nord-ouest, la Tripolitaine, autour…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.