Embouteillage de candidats à droite

Même si toutes ne se concrétiseront pas, les candidatures de Borloo, Villepin, Boutin, Nihous et Dupont-Aignan, qui s’ajoutent à celle de Bayrou, fragilisent Nicolas Sarkozy. Etat de troupes très dispersées.

Michel Soudais  • 14 juillet 2011 abonné·es
Embouteillage de candidats à droite
© Photo : AFP / Dufour

Neuf mois avant l’échéance présidentielle, le rêve de Nicolas Sarkozy de réunir toutes les droites dans une seule et même formation n’est plus qu’un souvenir. Le chef de l’État a toujours voulu dégager le terrain dans son camp pour être certain d’arriver en tête au premier tour et créer une dynamique au second. L’Union pour un mouvement populaire (UMP), créée par Jacques Chirac en 2002, devait être l’instrument de cet objectif. Or, au moins cinq candidats à droite et au centre-droit pourraient se mesurer au président sortant l’an prochain.


Tous n’auront sans doute pas les moyens de leur ambition. N’empêche. Cette dispersion traduit une division de la droite inédite depuis les débuts de la Ve République. Elle révèle aussi la faiblesse d’un président impopulaire comme jamais ne l’a été aucun de ses prédécesseurs à l’issue d’un premier mandat. S’il veut pouvoir être réélu, Nicolas Sarkozy doit batailler dans son camp pour reconquérir une autorité que même le chef de son parti lui conteste désormais. Et marginaliser un à un ses rivaux.


À commencer par Dominique de Villepin, le premier qui l’ait défié. Le dernier Premier ministre de Jacques Chirac a présenté le 14 avril un projet de « refondation politique » qu’il entend « incarner » en 2012. La notoriété de cet ex-UMP, président de République solidaire, peut lui permettre de franchir l’obstacle des parrainages nécessaires à toute candidature

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Politique
Temps de lecture : 7 minutes

Pour aller plus loin…

Génération·s : derrière la crise, la main de LFI ?
Politique 23 février 2024

Génération·s : derrière la crise, la main de LFI ?

Le petit parti fondé par Benoît Hamon, tiraillé entre plusieurs options pour les européennes, vient de désapprouver ses deux dirigeants nationaux, Léa Filoche et Arash Saeidi. Des membres les accusent d’avoir tenté un « coup de force ».
Par Lucas Sarafian
Face au RN, les contradictions de la Macronie
Analyse 21 février 2024

Face au RN, les contradictions de la Macronie

Au sein de la coalition présidentielle, les positions sont très floues sur l’attitude à adopter face à la formation de Marine Le Pen. Les erreurs et les « fautes » sur le sujet rendent la ligne macroniste illisible et inconséquente face à la progression de l’extrême droite dans le pays.
Par Lucas Sarafian
La difficile résistance d’une certaine idée du communisme municipal
Analyse 21 février 2024 abonné·es

La difficile résistance d’une certaine idée du communisme municipal

En 2021, le maire PCF de Grigny, Philippe Rio, remportait le titre de meilleur maire du monde. Cette année, c’est la maire communiste de Graz – la deuxième ville d’Autriche –, Elke Kahr, qui remporte le titre. Le communisme municipal a-t-il de beaux jours devant lui ?
Par Lucas Sarafian
Accusée d’être hors de « l’arc républicain », la France insoumise veut jouer bloc contre bloc
Analyse 19 février 2024

Accusée d’être hors de « l’arc républicain », la France insoumise veut jouer bloc contre bloc

Marginalisé par les troupes macronistes, le mouvement mélenchoniste refuse de revoir sa stratégie de la conflictualité. Les plus unionistes des ex-alliés de la Nupes tentent de déconstruire le récit du gouvernement et de la majorité. Mais le bruit et la fureur sont toujours d’actualité.
Par Lucas Sarafian