Les Libyens pansent leurs plaies et rêvent d’avenir

Après six mois de combats, les rebelles, appuyés par l’Otan, sont entrés dans la capitale dimanche 20 août. Pendant une semaine, ils ont bataillé quartier après quartier. Depuis quelques jours, les Libyens ressortent dans la rue et s’organisent dans Tripoli libéré.

Leïla Minano - Youpress­­­  • 1 septembre 2011 abonné·es
Les Libyens pansent leurs plaies et rêvent d’avenir

Cela faisait sept ans qu’Ali n’avait plus vu le soleil se lever sur Tripoli. Sept ans aussi qu’il attendait le jour où « Allah lui permettra[it] de marcher sur le palais ». Ce Libyen de 42 ans a passé la dernière décennie dans une cellule de la sinistre prison politique d’Abu Salim. Dimanche après-midi, sans rencontrer de résistance, les rebelles sont entrés dans le gigantesque centre de détention et ont libéré les 2 000 journalistes, avocats et militants emprisonnés.
Ancien étudiant syndicaliste poursuivi par les milices kadhafistes, Ali avait dû s’exiler douze ans aux États-Unis. De retour au pays, il avait essayé de faire passer des armes en provenance du Yémen.

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Publié dans le dossier
Les jeunes profs au casse-pipe
Temps de lecture : 7 minutes