« Pieds nus, traverser mon cœur » : le travail de vivre

Michèle Guigon, entre rire et pudeur, retrace sa renaissance après un cancer. Ou comment transformer la douleur en force.

Gilles Costaz  • 8 septembre 2011 abonné·es

Il n’y a pas de comédie ou d’art comique qui n’ait partie liée avec la tragédie. Le rieur parle des difficultés de vivre, et le malheur n’épargne pas celui qui fait profession d’amuseur. Michèle Guigon, qui fit partie de la troupe de

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Culture
Temps de lecture : 2 minutes