Syrie : « C’est tout un pays qui se bat »

Salamah Kaileh, intellectuel syrien d’origine palestinienne, explique pourquoi les tentatives de division communautaire du pouvoir ont échoué.

Martine Hassoun  • 8 septembre 2011 abonné·es

Politis : Plus de 2 200 morts et des milliers d’arrestations, mais les Syriens continuent de réclamer le départ de Bachar el-Assad. Comment expliquer cette détermination ?


Salamah Kaileh | Nous n’avons plus rien à perdre. Le peuple syrien a besoin de liberté, et que des mesures économiques et sociales soient prises pour résoudre les problèmes dans lesquels il se débat. Le régime doit tomber, et des réponses doivent être apportées à tous ceux qui, jeunes et

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Monde
Temps de lecture : 4 minutes