La bombe de Fondapol

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Il a son rond de serviette à « C dans l’air », l’émission quotidienne de France 5 où, 28 fois en 2010, il est venu expliquer le monde avec pé-da-go-gie. Bon client médiatique, l’étiquette « politologue » le parant d’un habit de scientificité, Dominique Reynié est aussi un habitué du Monde et de France Inter. Le grand public sait moins qu’il dirige la Fondapol, un think-thank libéral, pro-UMP, majoritairement financé par l’État, qui vient de publier ses « 12 propositions pour 2012 » : « Priorité à la règle d’or » (dont la fondation revendique l’invention), fin des monopoles du service public, fin progressive de la Fonction publique, privatisation de la Sécurité sociale, un « État solidaire » qui ne vise plus l’égalité, etc. La Fondapol développe un libéralisme décomplexé. Une vraie bombe idéologique.


Haut de page

Voir aussi

Debout les festivals !

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.