Kokopelli près de la victoire

Le sort de l’association de préservation des semences est suspendu à une décision de la Cour de justice européenne.

David pourrait bien l’emporter contre Goliath : la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) n’est pas loin de conclure à l’invalidité de l’interdiction qui frappe les activités de l’association Kokopelli (Alès), laquelle s’évertue depuis plus de dix ans à sauvegarder et commercialiser des variétés traditionnelles de plantes et de légumes menacées de disparition. L’association s’appuie sur son réseau d’amateurs et de professionnels qui cultivent et multiplient chez eux les semences à préserver. Une «…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.