Journée des femmes : le dilemme des intellos précaires

Une restauratrice du patrimoine, une journaliste pigiste, une graphiste : toutes prêtes à se reconvertir pour trouver un emploi stable. Témoignages.

Ingrid Merckx  • 8 mars 2012 abonné·es

Elles ont fait des études longues et/ou spécialisées. Elles aiment ce qu’elles font, possèdent un véritable savoir-faire et des années d’expérience : elles envisagent pourtant d’abandonner leur métier dans l’espoir de trouver enfin un emploi stable et rémunérateur. Parce qu’elles ont des enfants, parce que les loyers sont trop élevés, parce que, surtout, leurs professions ne sont pas assez reconnues dans une société qui ne valorise que la « production de richesses » sonnantes et trébuchantes. Parcours de femmes qui, sans être complètement précaires – elles ont un toit et de quoi vivre à peu près –, se trouvent précariqsées dans leur branche.

Marie, 31 ans

Restauratrice du patrimoine

On doit être une cinquantaine de restaurateurs de textiles en France, une profession récente. La plupart sont à leur compte, sinon ils sont contractuels dans les musées ou vacataires comme moi. Mais les postes de contractuels sont rares et il faut être coopté.

J’ai fait sept ans d’études, dont le master de conservation et restauration des biens culturels à la Sorbonne (Paris-I), sur concours. Auparavant, les restaurateurs du patrimoine gagnaient mieux leur vie. Mais les

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Société
Temps de lecture : 5 minutes

Pour aller plus loin…

« Le discours sur la sexualité des jeunes se résume à une forme de panique morale et sanitaire »
Entretien 28 février 2024 abonné·es

« Le discours sur la sexualité des jeunes se résume à une forme de panique morale et sanitaire »

Dans son livre Les Choses sérieuses, la sociologue Isabelle Clair enquête sur les amours adolescentes et examine la manière dont filles et garçons entrent en relation.
Par Hugo Boursier
Violences sexuelles : dans les lycées, la grande omerta
Enquête 28 février 2024 abonné·es

Violences sexuelles : dans les lycées, la grande omerta

Si les politiques publiques contre le harcèlement scolaire ont été renforcées, celles contre les agressions entre élèves demeurent confidentielles. Elles laissent les personnels dépourvus de cadre et les victimes souvent seules face à leur traumatisme.
Par Pierre Jequier-Zalc
Dans l’Hérault, un SNU sauce gospel et tir au pistolet
SNU 27 février 2024

Dans l’Hérault, un SNU sauce gospel et tir au pistolet

Dans une publication sur X (ex-Twitter) de la direction des services départementaux de l’Éducation nationale de l’Hérault, rapidement supprimée, des jeunes volontaires du SNU célébraient leur fin de séjour de cohésion par une chorégraphie au son d’un gospel. L’an dernier, dans ce centre, un intervenant extérieur a appris à des jeunes à tirer au pistolet.
Par Hugo Boursier
À l’hôpital de Bourges, « on accepte que la mort puisse être une issue »
Reportage 23 février 2024 abonné·es

À l’hôpital de Bourges, « on accepte que la mort puisse être une issue »

Malgré le manque de moyens et le désert médical dont souffre le département du Cher, la petite équipe de ce centre hospitalier essaie de soulager la douleur des patients en fin de vie.
Par Hugo Boursier