Journée des femmes : le dilemme des intellos précaires

Une restauratrice du patrimoine, une journaliste pigiste, une graphiste : toutes prêtes à se reconvertir pour trouver un emploi stable. Témoignages.

Ingrid Merckx  • 8 mars 2012 abonné·es

Elles ont fait des études longues et/ou spécialisées. Elles aiment ce qu’elles font, possèdent un véritable savoir-faire et des années d’expérience : elles envisagent pourtant d’abandonner leur métier dans l’espoir de trouver enfin un emploi stable et rémunérateur. Parce qu’elles ont des enfants, parce que les loyers sont trop élevés, parce que, surtout, leurs professions ne sont pas assez reconnues dans une société qui ne valorise que la « production de richesses » sonnantes et trébuchantes. Parcours de femmes qui, sans être

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Société
Temps de lecture : 5 minutes

Pour aller plus loin…